Naples, une réforme difficile - Aix-Marseille Université Access content directly
Book Sections Year : 2016

Naples, une réforme difficile

Abstract

« Les premiers chrétiens étaient tout aussi chrétiens ; comme nous, et peut-être mieux : mais ils n’avaient de cimetières qu’en dehors des villes. C’est une loi de la nature que de ne nuire à personne. Pourquoi en exempte-t-on les morts 1 ? » Antonio Genovesi, un des plus célèbres penseurs des Lumières napolitaines, titulaire de la chaire d’économie politique de l’université, exprime ainsi, dans un opuscule paru en 1764, une opinion désormais partagée par un nombre croissant de réformateurs : la nécessité impérative d’éloigner les morts des lieux habités et, pour ce faire, d’équiper la ville de cimetières extra-urbains. Dans la seconde moitié du xviiie siècle, comme dans toutes les grandes villes d’Europe, un débat s’engagea à Naples au sujet des sépultures urbaines et de leur impact sur la santé des citadins. Dans cette capitale méridionale, la question revêtait une urgence particulière parce que son système funéraire était fondé sur une immense nécropole souterraine. Il se caractérisait par l’absence presque totale de lieux d’inhumation ouverts, la très grande majorité des sépultures étant située dans le sous-sol des établissements religieux. Ce phénomène n’est pas aisé à expliquer ; plusieurs facteurs ont dû concourir à ce résultat.

Keywords

Domains

History
Fichier principal
Vignette du fichier
Marin_Originescimetieres (002).pdf (2.5 Mo) Télécharger le fichier
Origin Publisher files allowed on an open archive

Dates and versions

hal-01432999 , version 1 (12-01-2017)

Identifiers

Cite

Diego Carnevale, Brigitte Marin. Naples, une réforme difficile. Régis Bertrand, Anne Carol. Aux origines des cimetières contemporains. Les réformes funéraires de l'Europe occidentale XVIIIe -XIXe siècle, PUP, 2016, 9791032000458. ⟨10.4000/books.pup.33910⟩. ⟨hal-01432999⟩
192 View
730 Download

Altmetric

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More