Recension de Eleonora Canepari, La construction du pouvoir local. Élites municipales, liens sociaux et transactions économiques dans l’espace urbain. Rome, 1550-1650 - Aix-Marseille Université Access content directly
Journal Articles (Book Review) Revue historique Year : 2018

Recension de Eleonora Canepari, La construction du pouvoir local. Élites municipales, liens sociaux et transactions économiques dans l’espace urbain. Rome, 1550-1650

Abstract

Cet ouvrage, à la construction extrêmement claire et maîtrisée, constitue la version révisée d'une thèse de doctorat soutenue en 2012 à l'École des hautes études en sciences sociales sous la direction de Jacques Revel, qui préface le texte. L'étude menée par Eleonora Canepari participe, à la suite des travaux de Renata Ago, Maria Antonietta Visceglia, Irene Fosi ou Wolfgang Reinhard, du renouvellement de l'histoire sociale et politique de Rome à l'époque moderne, tout en apportant des connaissances neuves et essentielles sur un groupe jusqu'ici resté dans l'ombre, celui des officiers municipaux. Par rapport à beaucoup d'autres villes italiennes, Rome se singularise par le degré élevé d'ouverture de son élite municipale, lié à la fois à l'existence de la noblesse pontificale et à l'ambiguïté de la définition de gentilhomme dans le statut de 1580. L'absence de liste de noblesse fait de l'élection au Capitole un enjeu fondamental, un moyen de s'inscrire clairement dans la nobilitas, compte tenu de l'association-typique de l'Italie moderne-entre officiers municipaux et noblesse. Ressource à la fois symbolique et matérielle, le Capitole exerce par conséquent une grande attraction non seulement sur les grandes familles patriciennes, dont les membres occupent régulièrement des charges, mais aussi sur un grand nombre d'individus qui n'appartiennent pas au patriciat urbain et ne sont élus qu'une seule fois. À travers l'étude, sur un siècle (1550-1650), des carrières de ces officiers municipaux (plus de 5 500 individus) et l'analyse fine des modalités d'accès au pouvoir local, c'est, plus largement, à une réflexion sur la construction sociale du pouvoir politique que nous convie l'auteur. Le volume explore la relation de clientèle qui unit les élites aux couches populaires de Rome à l’époque moderne. À travers un voyage, très documenté, dans une ville en fort développement, l’auteur conduit le lecteur à travers l’espace urbain en explorant les différentes échelles du pouvoir politique : le palais, les îlots, le contrade, les quartiers. Le volume s’attache ainsi à comprendre comment un pouvoir local se crée, s’enracine et se perpétue dans la société urbaine. En empruntant à l’anthropologie politique les notions de pouvoir relationnel et de big-man, l’auteur suggère que l’une des clés de la conquête et du maintien du pouvoir local est à rechercher dans les liens qui unissent les « hommes illustres » des quartiers aux habitants de ces portions de l’espace urbain. C’est à l’échelle du quartier qui se situe l’enjeux de la conquête de l’autorité informelle, condition préliminaire et nécessaire à l’obtention d’une charge municipale. Le quartier devient ainsi l’espace d’un jeu politique pluriel, d’une compétition locale, exacerbée par l’ouverture que caractérise l’élite capitoline jusqu’à la moitié du XVIIIe siècle.
Fichier principal
Vignette du fichier
CR La construction du pouvoir local.pdf (108.16 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

hal-01984797 , version 1 (04-02-2019)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01984797 , version 1

Cite

Anne Montenach. Recension de Eleonora Canepari, La construction du pouvoir local. Élites municipales, liens sociaux et transactions économiques dans l’espace urbain. Rome, 1550-1650. Revue historique, 2018. ⟨hal-01984797⟩
95 View
10 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More