« On y sentait la mort ». Les morts de Catherine de Médicis - Aix-Marseille Université Access content directly
Book Sections Year : 2016

« On y sentait la mort ». Les morts de Catherine de Médicis

Abstract

"She smelled like death. Her husband instinctively retreated from her, like a worm, born from the tomb of Italy: she was the daughter of a father so spoiled by the great malady of the age that the mother gained her, Died at the same time as he did at the end of a year of marriage. "The girl herself was she alive ? " These words of Michelet tell how death, from the cradle to the grave, radiates the life of Catherine de 'Medici, the engine of her own history and of the history she is going through. The death of Catherine de 'Medici is first, in a genitive sense, the macabre as the property of Catherine de' Medici. Death is its own, something that belongs to it, as a fatality from which it can not get rid. From the wars of Italy to the wars of Religion, from the death of her husband to that of her children, death imposes itself as the central actor of his biography. This article analyzes the objects, mechanisms and stakes of this centrality of death in Catherine de Medicis' life.
« On y sentait la mort ; son mari instinctivement s’en reculait, comme d’un ver, né du tombeau de l’Italie. Elle était fille d’un père tellement gâté par la grande maladie du siècle que la mère la gagna, mourut en même temps que lui au bout d’un an de mariage. La fille elle-même était-elle en vie ». Ces mots de Michelet disent combien, du berceau au tombeau, la mort irradie la vie de Catherine de Médicis, moteur de sa propre histoire et de l’Histoire qu’elle traverse. La mort de Catherine de Médicis, c’est d’abord, en un sens génitif, le macabre comme propriété de Catherine de Médicis. La mort est son propre, quelque chose qui lui appartient, comme une fatalité dont elle ne peut se défaire. Des guerres d’Italie aux guerres de Religion, du décès de son mari à celui de ses enfants, la mort s’impose comme l’acteur central de sa biographie. Cet article analyse les objets, les mécanismes et les enjeux de cette centralité de la mort chez Catherine de Médicis.

Dates and versions

hal-01446755 , version 1 (26-01-2017)

Identifiers

Cite

Jérémie Foa. « On y sentait la mort ». Les morts de Catherine de Médicis. Jérémie Foa, Elisabeth Malamut, Charles Zaremba (Dir.). La mort du prince de l’Antiquité à nos jours, PUP, 2016, 979-10-320-0043-4. ⟨10.4000/books.pup.43895⟩. ⟨hal-01446755⟩
74 View
0 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More