La (dé)négation dans la clinique des psychoses : entre la schizophrénie et la paranoïa - Aix-Marseille Université Access content directly
Journal Articles Recherches en psychanalyse Year : 2016

(De)negation in the Clinic of Psychoses: Between Schizophrenia and Paranoia

La (dé)négation dans la clinique des psychoses : entre la schizophrénie et la paranoïa

Abstract

In his text “Die Verneinung,” Freud introduces into psychoanalysis the notion of an affirmative / negative operation that unveils the structure of repression. The mechanism of Verneinung, also named denegation, is thus connected to the clinic of neurosis. Maintaining this Freudian proposition, this article seeks to highlight the scope of differential constructions of affirmation / negation in psychoses. Knowing that in fact there is no Verneinung in psychoses like the one suggested by Freud, we suggest the term (de)negation. From this first proposition, the article seeks to position (de)negation as a means of cure in the psychoses, sustaining them as a parameter of a clinical distinction between schizophrenia and paranoia. This way, the success of (de)negation would be articulated to paranoia, and its failure to schizophrenia. To maintain our hypothesis, we go from negativism, which is here thought of in terms of an attempt at cure, to then establish two distinctive clinical paths: the weaving of (de)negation at the heart of the delusion and its stitching in relation to an unbearable representation in the absence of delusion, but intrinsically related to a fantasmatic trace.
Dans son texte Die Verneinung, Freud introduit en psychanalyse la notion d’une opération d’affirmation/négation qui dévoile la structure du refoulement. Le mécanisme de la Verneinung, traduite par dénégation, serait ainsi, par définition, articulé à la clinique des névroses. En conservant cette proposition freudienne, l’article vise à rehausser l’incidence des constructions différentielles d’affirmation/négation dans les psychoses ; étant donné que celles-ci ne relèvent pas d’une dénégation de fait, nous suggérons la graphie (dé)négation. À partir de cette proposition première, l’article vise à situer la (dé)négation comme voie de guérison dans les psychoses, soutenant qu’elle serait un paramètre de distinction clinique entre la schizophrénie et la paranoïa. C’est-à-dire la réussite de la (dé)négation y est articulée à la paranoïa, ainsi que sa défaillance y est liée à la schizophrénie. Pour soutenir notre hypothèse, nous partons d’abord du négativisme qui y est pensé comme une tentative de guérison, pour établir, ensuite, deux voies cliniques distinctes : le tissage de la (dé)négation au cœur du délire et sa couture par rapport à une représentation insupportable en absence de délire, mais essentiellement articulée à une esquisse fantasmatique.
Fichier principal
Vignette du fichier
Research in Psychoanalysis-2016.pdf (1.3 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Explicit agreement for this submission

Dates and versions

hal-01458774 , version 1 (06-07-2021)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01458774 , version 1

Cite

Manoel Madeira, Thomas Lepoutre, Alain Vanier. La (dé)négation dans la clinique des psychoses : entre la schizophrénie et la paranoïa. Recherches en psychanalyse, 2016, 22 (2), pp.167-179. ⟨hal-01458774⟩
251 View
224 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More