Contribution de l'hydrogéomorphologie à évaluation du risque d'inondation : le cas du Midi méditerranéen français - Aix-Marseille Université Access content directly
Journal Articles Comptes Rendus Géoscience Year : 2005

Contribution of hydrogeomorphological method to flood hazard assessment: the case of French Mediterranean region.

Contribution de l'hydrogéomorphologie à évaluation du risque d'inondation : le cas du Midi méditerranéen français

Abstract

The hydrogeomorphological method to delimiting flood risk zones in France was developed some twenty years ago. It is based on a simple principle : the outer limits of a stream’s flood plain constitute the outer envelope of past floods. These limits are determined with the use of aerial photographs and field surveys of micro-topography as well as analyses of deposit granulometry and colour. Indications of present or past land use (fields, location and distribution of archaeological sites, houses and farm buildings, roads) are also useful. This field based method long remained ignored but being reliable, easy to use and inexpensive, it has now been incorporated into the package of methods recommended by French risk prevention plans (PPRI). The many recent catastrophes that have occurred over the past fifteen years in the Mediterranean regions of southern France demonstrated both the inadequacy of the hydrological-hydraulic method and the reliability of the hydrogeomorphological method. The hydrogeomorphological method can, however, be improved by setting observations for the present period against information on the more ancient Holocene evolution of flood plains.
La méthode hydrogéomorphologique de détermination des zones inondables a été mise au point il y a une vingtaine d’années. Son principe en est simple : les limites externes du lit majeur d’un cours d’eau constituent la courbe enveloppe des crues passées de ce cours d’eau. Ces limites externes sont déterminées par l’étude des photographies aériennes et par celle du terrain en combinant la micro-topographie (en particulier l’existence de talus), la granulométrie des dépôts (ceux du lit majeur sont généralement formés de limons et d’argiles) et la couleur de ces dépôts (ceux du lit majeur sont souvent plus sombres que l’encaissant). Certaines formes de l’occupation actuelle ou ancienne des sols (parcellaire, localisation et répartition des sites archéologiques, des habitations et des bâtiments d’exploitation, des voies de communication) sont également utilisées pour confirmer les limites obtenues. Très longtemps négligée, cette méthode naturaliste est maintenant intégrée dans celles préconisées par les plans de prévention des risques (PPR), en raison de sa fiabilité, de sa facilité de mise en œuvre et de son faible coût. Elle figure maintenant aux côtés d’approches plus traditionnelles, en particulier de la méthode hydrologique-hydraulique nettement plus coûteuse. Les récentes et nombreuses catastrophes qui se sont succédées depuis une quinzaine d’années dans le Midi méditerranéen français, de Nîmes (1988) au Gardon (2002), ont montré, à la fois, l’insuffisance de la méthode hydrologique-hydraulique et la fiabilité de la méthode hydrogéomorphologique. Cependant, la méthode hydrogéomorphologique peut être encore perfectionnée en replaçant la période actuelle dans le cadre de l’évolution des lits majeurs à échelle historique, voire holocène.
Fichier principal
Vignette du fichier
Contribution de l'hydrogéomorphologie à l'évaluation du risque d'inondation.pdf (1.48 Mo) Télécharger le fichier
Origin Explicit agreement for this submission
Loading...

Dates and versions

hal-01570132 , version 1 (28-07-2017)

Identifiers

Cite

Jean-Louis Ballais, Gérald Garry, Marcel Masson. Contribution de l'hydrogéomorphologie à évaluation du risque d'inondation : le cas du Midi méditerranéen français. Comptes Rendus Géoscience, 2005, 337 (13), pp.1120-1130. ⟨10.1016/j.crte.2005.06.010⟩. ⟨hal-01570132⟩
241 View
309 Download

Altmetric

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More