L'oxymore comme point de confluence des contraires : l'exemple de The Scarlet Letter de Nathaniel Hawthorne - Aix-Marseille Université Access content directly
Journal Articles Études de stylistique anglaise Year : 2016

L'oxymore comme point de confluence des contraires : l'exemple de The Scarlet Letter de Nathaniel Hawthorne

Abstract

Nathaniel Hawthorne’s style is a clearly recognizable feature of the American author. Its remarkable clarity is notably found in The Scarlet Letter, his major literary achievement. Hawthorne’s style, clear and transparent, describes each and every element the reader encounters in the novel. But once we understand that what appears as clarity is actually artificial, a second layer of reading emerges and what dominates is a style of writing that gives centre stage to contraries and doubles, notably via the use of the oxymoron, the figure of speech where an impossible association of contraries takes place. The oxymoron, via the union in the same syntactic structure of two contrary words, gives a paradoxical definition of the object described. It is a linguistic structure based on the conjunction of contraries. Whether it be Hester’s imprisoned speech, Dimmesdale’s unbearable guilt or Pearl’s angelic-devilish personality, all the characters of The Scarlet Letter are victims of situations in which it is impossible for them to talk. This is where Hawthorne’s novel excels, using the oxymoron to depict characters forced to wear veils and masks they are unable to get rid of. In order to say the unsaid and to give voice to the deafening silences, the oxymoron is used by Hawthorne to highlight the characters’ impossible destinies in the Puritan Boston of the 17th century.
Le style de Nathaniel Hawthorne est une caractéristique clairement identifiable de l’auteur américain, un style d’une clarté remarquable que l’on trouve notamment dans The Scarlet Letter, son roman phare. L’écriture du natif de Salem, claire et limpide, agit dans un seul but : la description exhaustive de tout ce qui compose le roman. Mais une fois l’apparente clarté du texte dépassée, un second niveau de lecture émerge et permet d’entrevoir une écriture du contraire dans un récit de la double-identité et du faux-semblant, notamment via le recours à l’oxymore, figure de style où naît l’association impossible des contraires. L’oxymore donne une définition paradoxale d’un objet par le mariage que cette figure propose de deux mots au moins contradictoires, souvent contraires. L’oxymore est une forme syntaxique construite sur une conjonction et une juxtaposition de formes contraires : l’oxymore est donc le point de rencontre idéal pour des contraires. Que l’on se penche sur la parole prisonnière d’Hester, sur l’invivable culpabilité de Dimmesdale ou sur la personnalité angéliquement diabolique de Pearl, tous les personnages de The Scarlet Letter sont victimes de situations dans lesquelles il leur est impossible de s’exprimer. C’est là que ce roman excelle, dans le déploiement de l’oxymore, dont la valeur se révèle au travers de personnages porteurs de masques forcés dont ils sont incapables de se débarrasser. Entre déchirements intérieurs et ambigüités sociales dans le Boston puritain du XVIIème siècle, l’oxymore permet de dire ce qui ne se dit pas dans un roman muet fait de silences assourdissants.

Domains

Linguistics
Fichier principal
Vignette du fichier
Article ESA 2016 Jean Missud.pdf (263.86 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

hal-01900159 , version 1 (21-10-2018)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01900159 , version 1

Cite

Jean Missud. L'oxymore comme point de confluence des contraires : l'exemple de The Scarlet Letter de Nathaniel Hawthorne. Études de stylistique anglaise, 2016. ⟨hal-01900159⟩
81 View
310 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More