Sur quelques avatars envisageables du katsuben dans le cinéma japonais des années 1930 - Aix-Marseille Université Access content directly
Journal Articles CiNéMAS Year : 2010

On a Few Possible Avatars of Japanese Cinema’s katsuben in the 1930s

Sur quelques avatars envisageables du katsuben dans le cinéma japonais des années 1930

Abstract

Japanese silent cinema screenings were dominated by a singular figure, the katsuben or benshi, terms that designated both an individual and a narrative and deictic function associated with “film commentary.” This article examines these points in detail, returning to questions around the katsuben’s complex role in the hybridization of Japanese modes of representation and Western influences. The most contradicting of these questions consists in asking whether the katsuben did not, given their evident place in an artistic tradition characterized by anti-illusionism, rather hinder the development of a film idiom by subordinating the image to the word, and whether, in a “reassuring” sense, they were not able to encourage inventions, whether at the formal or narrative level, that led to a better mastery of properly cinematic resources. The present article participates in this debate by suggesting a different possibility. Is it not possible, and if so under what conditions, that the role of the katsuben was so crucial that, despite their disappearance as a figure with the arrival of talking cinema, several aspects of their function were transformed in the films in a more idiosyncratically audiovisual manner?
Le dispositif cinématographique japonais muet est dominé par un personnage singulier, le katsuben, ou benshi, le terme désignant et un individu et une fonction narrative et déictique attachés au « commentaire des films ». Le présent article y revient en détail, posant à nouveau des questions tenant à sa place complexe au croisement de l’histoire japonaise des modes de représentation et d’une certaine influence occidentale. Parmi ces questions, la plus dirimante consiste à demander si le katsuben a plutôt été, du fait de son inscription apparente dans une tradition artistique caractérisée par l’anti-illusionnisme, un frein au développement d’un idiome filmique, subordonnant l’image au mot, ou si sa présence, en un sens « rassurante », n’a pas pu favoriser des inventions, tant du point de vue des formes que de la conduite des récits, ayant mené à une meilleure maîtrise des moyens propres au cinéma. Ce texte prend part à ce débat à partir d’une possibilité différente. N’est-il pas envisageable, et sous quelles conditions, que le rôle du katsuben ait été si crucial que, malgré sa disparition effective en tant que figure avec l’arrivée du parlant, plusieurs attributs de sa fonction aient transhumé dans les films sur un mode plus idiosyncrasiquement audiovisuel ?
Fichier principal
Vignette du fichier
Katsuben_CINéMAs_2010.pdf (256.38 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

hal-02068409 , version 1 (14-03-2019)

Licence

Attribution - NonCommercial - NoDerivatives

Identifiers

Cite

Jean-Michel Durafour. Sur quelques avatars envisageables du katsuben dans le cinéma japonais des années 1930. CiNéMAS, 2010, 20 (1), pp.45. ⟨10.7202/039266ar⟩. ⟨hal-02068409⟩
50 View
107 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More