Corps noirs, virilité et pouvoir dans la littérature médicale à l’époque coloniale - Aix-Marseille Université Access content directly
Journal Articles Itinéraires. Littérature, textes, cultures Year : 2019

Black Bodies, Virility and Power in Medical Literature in a Colonial Context

Corps noirs, virilité et pouvoir dans la littérature médicale à l’époque coloniale

Abstract

The black man’s body is subject to two types of representations in the French medical literature from the nineteenth century to the middle of the twentieth century. Descriptions of black men often contributed to emphasizing the virility of white men. Indeed, African men were described as physically and intellectually effeminate, similar to women and children, inferior and lacking authority. This inferiority was used to legitimize the colonization of Africa by men of the French nation, who were presented as manly and powerful, and thus able to protect the African population. Parallel to this representation, another stereotype emerged at the turn of the nineteenth and twentieth century with the development of the naturist doctrine and colonization, this time foregrounding the hyper-virility of black men. The representation of his robust, resistant, strong and muscular body, was contrasted to the weakened body of white men, at a time when, in the colonies, white men suffered from the climate and tropical diseases and, in France, the defeat of 1870 led to rising fear about the “decline of the race”. So, the definition of black man’s masculinity evolves during the nineteenth century and the beginnings of the twentieth century according to the political context and the sexual and social norms prevailing in France.
Le corps de l’homme noir est soumis à deux types de représentations dans la littérature médicale française du xixe siècle jusqu’au milieu du xxe siècle. Ces descriptions s’établissent souvent en miroir de celles de l’homme blanc et contribuent à renforcer la virilité de ce dernier. En effet, l’homme africain est décrit par les médecins comme un être efféminé, physiquement et intellectuellement, proche de la femme et de l’enfant, inférieur et dénué d’autorité. Cette infériorité semble en outre légitimer la colonisation des terres africaines par les hommes de la nation française, présentés quant à eux comme virils et puissants, et censés apporter une protection à ces peuples. Parallèlement à cette représentation coexiste un autre topos qui se renforce au tournant des xixe et xxe siècles du fait du développement du courant naturiste et des besoins de la colonisation, celui d’une hyper-virilité de l’homme noir. Son corps musclé, robuste, endurant et fort est alors loué face au corps affaibli de l’homme blanc dans les colonies. Ce dernier y est en effet menacé par le climat et les pathologies tropicales tandis qu’en métropole l’on s’inquiète de la dégénérescence de la race après la défaite de 1870-1871. La définition de la virilité africaine varie donc au cours du xixe siècle et des débuts du xxe siècle selon le contexte politique et les normes sexuelles et sociales en vigueur en France.
Fichier principal
Vignette du fichier
itineraires-6605.pdf (195.24 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Publisher files allowed on an open archive
Loading...

Dates and versions

hal-02528531 , version 1 (24-04-2020)

Licence

Attribution - NonCommercial - NoDerivatives

Identifiers

Cite

Delphine Peiretti-Courtis. Corps noirs, virilité et pouvoir dans la littérature médicale à l’époque coloniale. Itinéraires. Littérature, textes, cultures, 2019, 2-3, ⟨10.4000/itineraires.6605⟩. ⟨hal-02528531⟩
296 View
418 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More