Pour une théorie périphérique et/ou amoureuse : lectures d’Agamben, Derrida, Rancière - Aix-Marseille Université Access content directly
Journal Articles Interlitteraria Year : 2020

For a Peripheral Theory in Love: Reading Agamben, Derrida, Rancière

Pour une théorie périphérique et/ou amoureuse : lectures d’Agamben, Derrida, Rancière

Abstract

The introduction of Giorgio Agamben's book entitled Stanzas, Word and Phantasm in Western Culture is about the relationship of philosophy and poetry to knowledge in Western culture. The stanza is "the essential nucleus" of Tuscan poetry in the thirteenth century. It is actually an invention of Tuscan poets who call stanzas the parts that compose every canzone. Stanza is a word for chamber in Tuscan dialect as well as in Italian. Agamben points out that what makes possible its poetical existence is the fact that a stanza is a topos outopos, a topos which contains its own negation: it is the reality of unreality. Agamben's thesis is that Western culture has forgotten the unitary status the Western word had until the thirteenth century. The thirteenth century could still conceive poetic activity as a philosophical one and then Western culture has known a separation between two poles that define knowledge and word. This paper aims to investigate the relationship between knowledge and words in Derrida, Rancière and Agamben.
Dans l’introduction d’un ouvrage intitulé Stanze : Parole et fantasme dans la culture occidentale, Giorgio Agamben esquisse la forme d’une double trajec-toire, critique et théorique : il s’agit d’un côté de définir le rôle de la critique dans l’histoire de la pensée occidentale et de l’autre de fonder une théorie à partir d’un positionnement critique. Dès les premières lignes de son introduc-tion, Agamben commence par rappeler qu’un ouvrage de critique produit une attente de résultat : « tout au moins des thèses à étayer et, comme on dit, des hypothèses de travail ». La direction est annoncée d’emblée, l’ouvrage se fonde sur une critique pour proposer une théorie. Il s’agit alors de revenir sur la défi-nition de la pratique de la critique : « lorsqu’il fait son apparition dans le vocab-ulaire de la philosophie occidentale, le mot critique signifie plutôt enquête sur les limites de la connaissance, c’est-à-dire sur ce qui ne peut être précisément ni posé ni saisi » (1981 : 7).
Fichier principal
Vignette du fichier
Francesca Manzari Pour une théorie périphérique et ou amoureuse.pdf (341.21 Ko) Télécharger le fichier

Dates and versions

hal-03109619 , version 1 (13-01-2021)

Identifiers

Cite

Francesca Manzari. Pour une théorie périphérique et/ou amoureuse : lectures d’Agamben, Derrida, Rancière. Interlitteraria, 2020, 25, pp.422 - 434. ⟨10.12697/il.2020.25.2.13⟩. ⟨hal-03109619⟩

Collections

UNIV-AMU INCIAM
54 View
179 Download

Altmetric

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More