Échec dans la réhabilitation antérieure en cas d’agénésies des incisives latérales maxillaires - Aix-Marseille Université Access content directly
Journal Articles Orthodontie Française Year : 2016

Échec dans la réhabilitation antérieure en cas d’agénésies des incisives latérales maxillaires

Abstract

Agenesis of the maxillary lateral incisors poses particular problems for dentists, orthodontists and patients. Treatment of these ageneses is still highly controversial, both functionally and esthetically. The patient’s smile and anterior guidance are affected and must be restored. The diagnosis is easy. Few mistakes are possible. However, managing patients with missing maxillary lateral incisors can be a challenge, commonly involving two possible treatment approaches: space opening to replace the missing lateral incisor with a prosthetic unit (denture, bridge or implant) or orthodontic space closure replacing the missing lateral incisor with the maxillary canine camouflaged to mimic the appearance of a lateral incisor. One of these two options will be adopted using multiple means...liable to trigger a multitude of possible errors. Ultimately, optimal results can only be achieved if there is excellent coordination between different practitioners in various specialties. Each clinician will have a specific role to play. Also, the patient and family are at the heart of the decision-making process, by virtue of their consent (treatment duration, financial resources) and their motivation. This multi-factorial, multi-disciplinary decision process means that treatment of the lateral incisor is an ongoing challenge for the clinician striving for the best possible result. Each case is different. No set rules exist. No single factor can be neglected if we are to avoid "failure".
L’agénésie des incisives latérales maxillaires pose des problèmes particuliers pour les dentistes, les orthodontistes et les patients. Le traitement de ces agénésies fait encore l’objet de nombreuses polémiques, tant sur le plan fonctionnel qu’esthétique. Sourire et guidance antérieure du patient sont affectés. Ils doivent être rétablis. Le diagnostic est facile et ne prête pas à confusion. La décision thérapeutique, quant à elle, est beaucoup plus complexe. Même si cette décision ne repose que sur deux solutions parfaitement distinctes : la fermeture de l’espace laissé par l’agénésie ou l’ouverture de cet espace et le remplacement prothétique de la dent manquante. Ce choix se fera grâce à de multiples facteurs...à l’origine des nombreuses erreurs d’appréciation. En effet, la recherche du résultat optimal ne pourra se faire que s’il y a une excellente coordination entre différents intervenants de plusieurs spécialités. Chaque clinicien aura un rôle spécifique à jouer. Aussi, le patient et sa famille se trouvent au cœur de la décision, tant dans leur consentement (durée du traitement, possibilités financières) que dans leur motivation. C’est cette décision multifactorielle, pluridisciplinaire qui fait que le traitement de l’agénésie de l’incisive latérale est un défi permanent pour le clinicien à la recherche du meilleur résultat possible. Chaque cas est différent. Établir des règles est impossible. Aucun facteur ne peut être négligé pour éviter « l’erreur ».
No file

Dates and versions

hal-03764962 , version 1 (30-08-2022)

Identifiers

Cite

Michel Le Gall, Martine Philippart-Rochaix, Camille Philip-Alliez. Échec dans la réhabilitation antérieure en cas d’agénésies des incisives latérales maxillaires. Orthodontie Française, 2016, 87 (1), pp.59-66. ⟨10.1051/orthodfr/2016019⟩. ⟨hal-03764962⟩
9 View
0 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More