Les frontières européennes et la "route des Balkans" - Aix-Marseille Université Access content directly
Reports Year : 2021

European borders and the "Balkan route"

Las fronteras de Europa y la ruta de los Balcanes

Les frontières européennes et la "route des Balkans"

Europske granice i "Balkanska ruta"

Abstract

Over the past twenty years, migration routes in the Balkans have been driven by increasing numbers of people from Africa, Asia and the Middle East, until they became the main route into the Schengen area in 2015 and 2020. At the same time, the EU's external frontier has shifted towards South-East Europe as a result of the accession process. As the Balkan transit area became a buffer for the EU against the arrival of migrants deemed undesirable, border control measures were reinforced. Increasing resources have been made available to the Balkan states to control their external borders, and the integration process now depends on this (Part 1). Between 2000 and 2015, an international migration area was consolidated in the Balkans, with flows diversifying, routes multiplying and checkpoints scattered. In 2015, the crisis in migration policies caught the Balkan states off guard, prompting bilateral cooperation to ensure migratory transit via a corridor. Nearly a million people transited this "Balkan route" until the EU-Turkey agreement of March 2016. Over the period 2016-2021, several systematic border refoulement zones have been consolidated, particularly at the Hungarian-Serbian (Subotica), Croatian-Serbian (Šid), Croatian-Bosnian (Bihać) and Macedo-Greek (Idomeni) borders (Part 2). A study of Balkan routes over several decades reveals strategies for controlling migration, which are countered by strategies for bypassing them via new routes, although the former are unable to completely stop the latter in the medium-to-long term. In this cat-and-mouse game, the systematic use of pushbacks has become increasingly violent. Finally, the making of the Schengen border in the Balkans is based on an ambivalence between, on the one hand, incentives to settle border disputes and the promotion of human rights, and on the other, inhuman and degrading police practices documented at the closed Balkan borders. Finally, the positioning of new humanitarian or security players in the area makes it a highly strategic space for the coming decades (Part 3).
Au cours des vingt dernières années, les routes migratoires des Balkans ont été animées par un nombre croissant d’individus originaires d’Afrique, d’Asie et du Moyen-Orient, jusqu’à devenir la principale voie d’accès à l’espace Schengen, en 2015 et 2020. Simultanément, la frontière extérieure de l’UE s’est déplacée vers le Sud-Est de l’Europe, au fil des adhésions. L’espace de transit balkanique devenant un espace-tampon pour l’UE face aux arrivées de migrants jugés indésirables, les dispositifs de contrôle frontalier y ont été renforcés. Des moyens croissants ont été mis à la disposition des États balkaniques pour le contrôle des frontières extérieures, auquel le processus d’intégration est désormais conditionné (Partie 1). De 2000 à 2015, un espace migratoire international s’est consolidé dans les Balkans, entre la diversification des flux, la multiplication des routes et la dissémination des points de contrôle. En 2015, la crise des politiques migratoires a pris de cours les États balkaniques, incitant à des coopérations bilatérales pour assurer le transit migratoire via un corridor. Près d’un million de personnes ont transité par cette « route des Balkans » jusqu’à l’accord UE-Turquie de mars 2016. Sur la période 2016-2021, plusieurs zones de refoulements frontaliers systématiques ont été consolidées, en particulier aux frontières hongro-serbe (Subotica), croato-serbe (Šid), croato-bosnienne (Bihać) et macédo-grecque (Idomeni) (Partie 2). L’étude des routes balkaniques sur plusieurs décennies révèle des stratégies de contrôle de la migration face auxquelles se développent des stratégies de contournement par de nouvelles routes, sans que les premières parviennent à enrayer totalement les secondes sur le moyen-long terme. Dans ce jeu du chat et de la souris, le recours systématique à des pushbacks (refoulements) est devenu de plus en plus violent. Finalement, la fabrique de la frontière Schengen dans les Balkans repose sur une ambivalence entre, d’un côté, des incitations au règlement de litiges frontaliers et la promotion des droits humains, et de l’autre, des pratiques policières inhumaines et dégradantes documentées aux frontières fermées des Balkans. Enfin, le positionnement de nouveaux acteurs humanitaires ou sécuritaires dans la zone en fait un espace à fort enjeu stratégique pour les prochaines décennies (Partie 3).
Fichier principal
Vignette du fichier
DUJMOVIC-DOSSIER DGRIS-MIGRATIONS-2021-Manuscrit auteure accepté.pdf (761.16 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

halshs-04529477 , version 1 (02-04-2024)

Identifiers

  • HAL Id : halshs-04529477 , version 1

Cite

Morgane Dujmovic. Les frontières européennes et la "route des Balkans" : in "Les questions de frontières dans les Balkans". Étude Prospective & Stratégique n°2020-01, DGRIS Ministère des Armées; Courrier des Balkans. 2021. ⟨halshs-04529477⟩
30 View
2 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More