Quelle reconnaissance de l’habitat léger, mobile et éphémère ? - Aix-Marseille Université Access content directly
Journal Articles Techniques et culture Year : 2011

How do we acknowledge lightweight, mobile and temporary housing?

Quelle reconnaissance de l’habitat léger, mobile et éphémère ?

Abstract

Implanted in rural areas, lightweight housing and mobile housing, offer an alternative lifestyle to individual housing, and are sometimes an answer to the lack or inadequacy of social housing and emergency accommodation, in a context of heavy economic, social and ecological crises. At first, I shall briefly present a few recent associations, which promote and defend these new ways of living, through an emic definition of their status, and the words of their members. We shall see that through this type of housing, the actors’ global autonomy is increased, and participates widely in relocating multisecular activities in impoverished areas. In many respects, planning and constructions which are thus realized are the result of a vernacular knowledge, an architecture fit for “gatherers”, taking source in ancient techne which encourages the use of local materials, and re-entwines past and future. Secondly, we shall bring to light political and legal conflicts concerning the interpretation of the law with regard to light and mobile shelter, as well as the confusion, within the administrations, in the application of rules concerning town planning, nature protection, viability, health requirements, safety and law and order. Finally, we shall show that because of lack of precision or certain loop holes in the substantive law, judges refer either literally to the law or to its intention, and sometimes have to base their judgment on autonomous sources of law.
Implantés en milieu rural, les habitats légers offrent un mode de vie alternatif à la maison individuelle, à la carence de logement social et à l’inadaptation de l’habitat d’urgence, dans un contexte prégnant de crises économique, sociale et écologique. Dans un premier temps, nous présenterons des associations de création récente, mobilisées sur la défense et la promotion de ces modes d’habitats, à travers une définition endogène de leurs statuts, de leurs objets et des témoignages de leurs membres. Nous verrons qu’au-delà des dynamiques d’auto et d’éconstruction, les expériences privilégient l’autonomie globale d’individus-acteurs, participant largement d’une relocalisation d’activités pluriculturelles dans des territoires en déprise. À bien des égards, les aménagements et constructions réalisés sont le produit de savoirs vernaculaires, d’une architecture « de cueillette », d’une techne multiséculaire mais aussi de matériaux locaux, qui ré-enchâssent le passé dans le futur. Dans un second temps, nous objectiverons les conflits politiques et juridiques portant sur l’interprétation et l’application de la législation sur l’habitat HLL et RML, en raison de l’amalgame dans l’application de règles d’urbanisme, de protection de la nature, de viabilité, de salubrité, de sécurité et d’ordre public. Enfin, nous montrerons qu’en raison des imprécisions et lacunes du droit positif, les juges sont enclins à mobiliser la lettre ou l’esprit des lois, en faisant parfois appel à des sources autonomes du droit.
Fichier principal
Vignette du fichier
tc-5742.pdf (476.89 Ko) Télécharger le fichier
Origin Publisher files allowed on an open archive
Loading...

Dates and versions

hal-01621324 , version 1 (23-10-2017)

Identifiers

Cite

Béatrice Mésini. Quelle reconnaissance de l’habitat léger, mobile et éphémère ?. Techniques et culture, 2011, Habiter le temporaire, 56, pp.148 - 165. ⟨10.4000/tc.5742⟩. ⟨hal-01621324⟩
168 View
593 Download

Altmetric

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More