Rossellini et Alberti. La "perspectiva televisualis", ou le cinéma dépi(c)té - Aix-Marseille Université Access content directly
Book Sections Year : 2011

Rossellini et Alberti. La "perspectiva televisualis", ou le cinéma dépi(c)té

Abstract

En 1972, Roberto Rossellini tourne pour la télévision italienne le triptyque L’Âge de Cosme / L’Età di Cosimo de’ Medici, dans lequel —voir le deuxième film, Le Pouvoir de Cosme / Il Potere di Cosimo, et surtout le troisième, Leon Battista Alberti (qui me retiendra principalement) – un peintre qui n’en est pas vraiment un, un peintre souvent dénigré, Alberti donc (1404-1472), occupe le site central et occulte peu à peu la figure du célèbre banquier. Théoricien de la peinture, de la sculpture et de l’architecture ante omnia (mais aussi l’un des parangons de l’uomo universale cher à l’époque: fonctionnaire pontifical, mathématicien, dramaturge, moraliste, cryptographe, etc.), encyclopédiste exalté de l’union des arts et des sciences, l’auteur du notoire De pictura(1435)fixa le premier par écrit les principes de la nouvelle peinture, parmi plusieurs concurrentes, soit ceux de la perspectivaartificialisstatique et monofocale.
Fichier principal
Vignette du fichier
Rossellini_PUR_2011.pdf (4.06 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

hal-02068424 , version 1 (14-03-2019)

Identifiers

  • HAL Id : hal-02068424 , version 1

Cite

Jean-Michel Durafour. Rossellini et Alberti. La "perspectiva televisualis", ou le cinéma dépi(c)té. Patricia-Laure Thivat (dir.), "Les Peintres à l’écran", Rennes, PUR, coll. « Le Spectaculaire », 2011. ⟨hal-02068424⟩
56 View
197 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More