La synagogue de la Ghriba à Djerba. Réflexions sur l’inclusivité d’un sanctuaire partagé en Tunisie - Aix-Marseille Université Access content directly
Journal Articles Les Cahiers d’Outre-Mer. Revue de géographie de Bordeaux Year : 2016

The Ghriba Synagogue in Djerba. Reflections on the inclusivity of a shared sanctuary in Tunisia

La synagogue de la Ghriba à Djerba. Réflexions sur l’inclusivité d’un sanctuaire partagé en Tunisie

Abstract

Both place of worship and holy place, the Ghriba synagogue on the island of Djerba in Tunisia is a sanctuary attended jointly by both Jews and Muslims. This “sharing” is a long term phenomenon attested throughout the Maghreb, but elsewhere has been considerably reduced as a result of the progressive emigration of Jews to Europe and Israel in the mid-twentieth century. However these interfaith crossings have lasted in Djerba since a Jewish community has stayed locally until nowadays. In 2002, an attack imputed to Al-Qaeda and then the consequences of the so-called Jasmin Revolution (2011) further limited this inclusiveness, as well as the punctual return of these Tunisian Jews in search of roots. Indeed the annual pilgrimage has a strong memorial and identity dimension promoted by the State in the name of a mythical “convivencia”. More broadly, this article aims at understanding this heterogeneity by questioning the issue of the opening of this emblematic sanctuary of devotional crossings between Jews and Muslims in the Maghreb.
À la fois lieu de culte et lieu saint, la synagogue de la Ghriba sur l’île de Djerba en Tunisie est un sanctuaire fréquenté conjointement par des fidèles juifs et musulmans. Ce type de « partage » relève d’un phénomène attesté dans l’ensemble du Maghreb sur la longue durée, mais qui s’est vu considérablement réduit à la suite de l’émigration progressive des juifs sépharades vers l’Europe et Israël à partir du milieu du xxe siècle. À Djerba toutefois, cette mixité interreligieuse a perduré, car une communauté juive a subsisté localement jusqu’à nos jours. En 2002, un attentat attribué à Al-Qaïda puis les conséquences de la révolution dite « de Jasmin » (2011) ont particulièrement limité cette inclusivité, ainsi que le retour ponctuel de ces juifs tunisiens en quête de racines. Le pèlerinage annuel revêt en effet une forte dimension mémorielle et identitaire valorisée par l’État au nom d’une mythique « convivencia ». Plus largement, cet article vise à appréhender cette hétérogénéité interconfessionnelle en questionnant la problématique de l’ouverture de ce sanctuaire emblématique des croisements dévotionnels entre juifs et musulmans au Maghreb.
Fichier principal
Vignette du fichier
Albera et Pénicaud V02 auteurs pour HAL - parution 2018.pdf (495.64 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

hal-03572173 , version 1 (14-02-2022)

Identifiers

Cite

Dionigi Albera, Manoël Pénicaud. La synagogue de la Ghriba à Djerba. Réflexions sur l’inclusivité d’un sanctuaire partagé en Tunisie. Les Cahiers d’Outre-Mer. Revue de géographie de Bordeaux, 2016, LXIX (274), pp.103-132. ⟨10.4000/com.7881⟩. ⟨hal-03572173⟩
69 View
158 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More